Nos propositions


Décentralisation et gouvernance territoriale

La démocratie française a été lentement dégradée par des politiques qui, depuis le régime semi-présidentiel institué en 1958 par le général de Gaulle, ont renforcé la centralisation du pouvoir pour le placer entre les mains de l’exécutif.

Bien que diverses mesures de décentralisation aient été prise sous la Ve République, il n’en demeure pas moins que l’exercice du pouvoir reste centralisé à Paris.

Les récentes manifestations ont notamment permis de souligner l’importance de redonner toute leur place aux maires, élus positionnés au plus près du quotidien des Français et des Françaises, et en prise directe avec leur préoccupation.

Largement écarté de l’exercice du pouvoir ces élus ont un rôle essentiel à jouer dans la communication entre la population et le gouvernement. Sans ce lien, la politique française ne peut servir effacement les intérêts des électeurs-contribuables.

Déconnectée de la réalité, la politique devient la proie des groupes d’influences de tous ordres : politiques, économiques, médiatiques, financiers, industriels …

Cette déconnexion est d’autant plus forte que la France, loin d’être un pays homogène, est riche d’une grande disparité territoriale. Ces disparités ne peuvent être perçues qu’au niveau local qui seul peut transmettre les doléances spécifiques à chaque région.

Nos propositions

L’exercice de la démocratie est délicat. Il repose sur un subtil équilibre entre la consultation directe au niveau de nos communes et la remontée d’information vers le gouvernement. Elle repose sur la bonne volonté de chacun, sur le désire de participer à cet exercice et sur la bonne foi des citoyens. Elle repose également sur la capacité des élus à écouter tous leurs électeurs sans discrimination partisane et à transmettre une information claire mais non déformées à l’échelon suivant.

La consultation directe permet de contrôler la cohérence entre la volonté des citoyens et les informations remontées. Pour de nombreuses raisons, elle ne peut cependant pas se substituer ni même s’affranchir des échelons de décisions politiques. Pour autant, elle ne peut pas non plus laisser place à une multitude d’intermédiaires qui risquent de déformer les messages, de trier les revendications ou de fausser les informations transmises.

Fort de ces considérations et de sa volonté de rétablir l’exercice de la démocratie dans la vie politique française, Initiative Démocrate propose :

1.         de mettre en œuvre une politique décidée par et pour les citoyens, sur tous les sujets pertinents et dans le respect des principes de la démocratie républicaine ;

2.         de mettre en place une méthode de consultation la plus directe possible au travers de sa plateforme de consultation Agora. Cette consultation offrira à chaque citoyens et citoyennes, la possibilité d’émettre des avis et de faire des propositions d’ordre politique, à finalité locale, nationale ou européenne ;

3.         de mettre en place un réel système de décentralisation de trois niveaux de consultations : communal, régional (notamment en renforçant le rôle des Assemblées régionales) et national, pour répartir équitablement l’exercice démocratique et bénéficier des remontées d’informations de tous les élus de la République ;

4.         de permettre à chacun de ces échelons de prendre les mesures qui leur paraitront nécessaires pour instituer d’éventuels échelons de consultations intermédiaires ;

5.         de solliciter les Français et les Françaises directement sur tous les sujets ayant un impact direct sur leur vie quotidienne et touchant à leur bien-être.

Du coté des citoyens

Dans le domaine politique, Initiative Démocrate se situe directement dans l’héritage de la France des Lumières et propose à cet effet un programme socio-économique empreint de tolérance, d’exigence mais aussi responsable au regard des enjeux environnementaux.

Dans le domaine économique, nous croyons aux vertus de l’économie de marché ainsi qu’à la responsabilité individuelle. Nous pensons qu’il est du devoir de l’État de donner toutes leurs chances aux individus et aux entreprises afin d’être en mesure de prendre des initiatives. Il nous semble prioritaire que les pouvoirs publics mettent en place un cadre normatif et régulateur plus simple. Nous considérons par ailleurs que la solidarité nationale ne doit pas être un outil de confort mais un marchepied vers la réussite individuelle.

Pour nous, l’État doit se concentrer sur ses tâches fondamentales et, pour le reste, encourager de manière optimale les initiatives des citoyens et des entreprises. Or, nous constatons que cette exigence n’est aujourd’hui, pas plus qu’hier, respectée. Nous pensons que les citoyens comme les entreprises doivent décider d’abord de leur destin et ensuite laisser à l’État la décision de soutenir leur projet. L’initiative doit rester au citoyen et à l’entreprise.

Dans le domaine social, Initiative Démocrate attache une très grande importance à la citoyenneté. Cette citoyenneté, qui relève de nos racines historiques, représente également un contrat avec les citoyens que nous accueillons. Un pacte qui doit être un réel engagement à adhérer aux règles, aux valeurs sociales ainsi qu’aux droits et devoirs des citoyens Français. Pour nous, la France est depuis toujours une terre d’asile et elle doit le rester. Cet ADN fera notre force dans l’avenir, au sein de l’Europe, et nous permettra d’assurer le renouvellement des générations.

Nous considérons par ailleurs que les lois doivent évoluer concomitamment avec la réalité de la société afin qu’elles gardent leur sens pour les citoyens. Sur des sujets comme le mariage homosexuel ou encore la procréation médicalement assistée, nous soutenons les démarches normatives qui permettent de refléter la réalité de la société actuelle.

Notre ambition

Initiative Démocrate n’entend pas faire de la figuration dans la sphère des partis politiques classiques. Nous ne sommes pas un mouvement d’opposition, mais nous nous démarquons des formations politiques traditionnelles. Nous sommes déterminés à devenir les acteurs du vrai changement. Des alliances seront possibles dès lors qu’elles s’inscriront dans un schéma nous permettant de mettre en œuvre notre projet pour la France. 

Nos atouts, notre différence

Nous sommes le mouvement de toutes celles et tous ceux qui sont effectivement à la tâche pour faire tous les jours fonctionner la France dans le public comme dans le privé, dont la condition est modeste, voire précaire, et continue à se dégrader, tandis qu’ils voient les inégalités de fortune et de revenus s’aggraver fatalement depuis une génération, quel que soit le parti au pouvoir. Or, ils sont la grande majorité.

Nous sommes seuls à apporter des solutions concrètes et préparées qui passent par une réforme de la fiscalité, un rétablissement de la laïcité, une réforme du droit de l’entreprise, qui créent les moyens y compris financiers pour rétablir la dignité des conditions de travail et de vie de cette grande majorité, et pour rétablir le rôle historique de la France dans l’Union Européenne : Gardienne de la liberté, la sécurité, la santé et la dignité contre les dangers de la financiarisation mondiale, des régimes totalitaires, et du populisme communautariste hostile à l’État de Droit républicain.